Horror Stories

SP - Le journal du Nightstalker


--- Le journal du Nightstalker ---
DE Steve "Serpent" Fabry

Éditions : Stellamaris
Pages : 328
Genre : fantastique - urbain

Résumé : Un ange décide de descendre du Paradis afin d’aider une humanité en proie aux démons. Témoin de la souffrance que les humains ressentent, il devra trouver sa place et le sens de son existence parmi eux. Prenant le rôle d’un protecteur, il deviendra le Nightstalker. De nombreux ennemis entraveront sa route mais quelques alliés se rangeront à ses côtés. Au cœur de cette guerre, à qui pourra-t-il accorder sa confiance ?

________________

Ma note : 10/20
Merci à l'auteur pour sa confiance

________________

Bonjour, nous voilà de retour pour parler livres et surtout parler livres, et on commence la saison avec un roman tiré de tout un univers fantastique de l'auteur, qui est musicien à côté : le journal du Nightstalker.
Alors pour être honnête d'emblée : je n'ai pas accroché. Je pense, et je l'ai pensé tout au long de ma lecture, que l'univers est probablement mieux en bande-dessinée ou en métrages qu'en roman (ça tombe bien, il existe d'autres supports pour connaître l'histoire)

L'histoire relate les faits et gestes d'un ange tombé du ciel, un justicier masqué qui agit à la faveur de la nuit, qui défend l'opprimé perdu dans des ruelles sombres ou encore des enfants dans leurs rêves innocents. Il lutte contre ses frères et sœurs déchus, lutte contre les supérieurs et contre l'injustice en général, dans un sens large.

Entre Lucifer, Miss Ombrelle, l'Anesthésiste, l'agent Matenen et tant d'autres personnages en lutte les uns contre les autres, l'histoire ne manque pas de richesse d'action, c'est certain. Les persos s'attirent, se détestent, se battent, réfléchissent, analysent et entrent dans le noir pour éviter l'ouverture de l'enfer sur terre. Un bon scénario... mais...

L'histoire, si elle se veut originale par son traitement narratif et ses points de vue différents (via des "livres" - donc des tomes - dédiés à certains personnages ou encore des annexes qui sont les bienvenues) se heurte hélas à un certain "déjà-vu" qui ne lui rend pas service : le combat entre le bien et le mal, cette dualité qui n'en sera jamais terminée. Je réitère ici : le récit doit probablement être beaucoup mieux avec un visuel qu'avec une narration linéaire de la sorte, toute en répétitions scénaristiques.

J'ai eu beaucoup de mal à entrer pleinement dans le roman, par manque de descriptions notamment sur les lieux, les personnages, les "moments"... parfois perdue, je revenais en arrière pour être sûre de ne pas avoir loupé un truc. Une immersion ratée pour moi, peut-être pas pour d'autres lecteurs. Je me suis habituée à des textes lyriques, des textes qui invitent le lecteur dans leur univers, même dans des histoires sous forme de journal (pour ne citer que lui : Bad Voodoo de Simon Perdrix). C'est pour ça que je persiste dans le fait de dire que cette histoire ne peut qu'être visuelle, ou alors faire l'objet d'un traitement plus approfondi afin d'y apporter ce qui lui manque : une profondeur et une narration réaliste.

Pour faire court, je ne recommanderais pas sa lecture à tout le monde, peut-être aux habitués des journaux et des scénarios sur la dualité ?

_______________

Trouvez le roman ici : Le journal du nightstalker sur amazon

Trouvez l'auteur ici : Steve Fabry sur instagram

______________

C'était DK, pour vous asservir.