Horror Stories

Lecture - Signé Alecto

auteur : Driller_killer

publiée le 2021-10-29 11:13:17

CRITIQUE, LECTURE


[Signé Alecto de Olivier Denevi]

Un thriller de 185 pages.
En auto-édition.

Résumé : Et si un drame du passé avais des conséquences sanglantes sur votre avenir?
Lorsqu'une fillette traumatisée quitte le Japon pour rejoindre la France, elle n'imagine pas ce que lui réserve le futur.
Devenue une belle et brillante jeune femme, elle reste perturbée par ses démons.
La vie va lui réserver bien des épreuves, elle va devoir se lancer dans un combat, celui d'aider les femmes victimes de violences, mais le faire à sa façon, laissant derrière elle, des victimes en pagaille et du sang.
Saura-telle s'en sortir malgré les coups du sort ?
Trouver-t-elle la paix ?
Rien n'est certain.
__________________
Ma p'tite note : 4/5
___________________
Clap ! Mina au Japon, enfant, action !

Mina, c'est cette petite japonaise qui va assister à des scènes de violences familiales et y faire face à sa façon. S'ancrera en elle un traumatisme et un poison qui tracera sa vie future, qu'elle mènera en France grâce à un ami de sa maman.

Clap ! Mina, adulte, France. Action !

La belle a grandi, a étudié et s'est installée à son compte en tant que phytothérapeute. (m'est avis qu'elle aurait dû elle-même se phytothéraper mais bon...) et là, le passé qu'elle avait si bien réussi à mettre au fond d'elle va ressurgir lorsqu'elle sera de nouveau confrontée à la violence faite aux femmes.
Et là, Mina prend un chemin infernal où les morts s'entassent et où son esprit déraille.
Fuite, actes fous, justice, quête et enquête... les pierres de sa muraille mentale, si fragile, s'effritent... Mina est sur le fil du rasoir.

CLAP ! Mina, entre deux mondes. Action !

Et là, je peux plus en dire, au risque de spoiler. Mais je peux dire que Mina sera tantôt épaulée, tantôt trahie, et les twists sont nombreux, les surprises aussi. D'actions en actions, de pays en pays aussi... d'amour à la haine... le tout est rythmé et endiablé, le tout raconté avec une froideur parfois lasse qui fait frissonner par la normalité du ton employé.

Pourquoi clap au fait ?

Et bien, parce que ce roman m'a déstabilisée, comme il déstabilisera nombre de lecteurs je suppose, par sa narration qui tient plus du documentaire ou du scénario que d'une narration romancée et... ça change, et c'est bien. Mais c'est surprenant au premier abord. Je veux dire, ça peut laisser penser que le roman est au stade de premier jet alors que pas du tout, et une fois cette info en main, la lecture coule toute seule, permettant de s'imager aisément, même superbement aisément, les scènes du livre.

Le livre fait la part belle aux femmes violentées au quotidien. Il dénonce, à sa façon, dans sa fiction parfois un peu maladroite par moment, le combat de ces femmes de l'ombre et l'espoir aussi. L'espoir de guérison, celui que tout peut changer, celui aussi que quelqu'un, quelque part, est là, prêt à les aider.
Il dénonce à sa façon une société dure, ridiculement virile et ancrée dans ses habitudes violentes et judiciairement incapables.
Et c'est beau.

"Signé Alecto", c'est une voix qui parle pour elles, pour nous, pour vous aussi, peut-être.
Il dit : vous n'êtes pas seules.
Bien que le message soit fort et violent, sanglant aussi (ne surtout pas recommander d'en arriver là où Mina en est arrivée), il est un marqueur de la rage qui peut habiter celles qui souffrent ou celles qui regardent souffrir, impuissantes, et finalement, Mina, on la comprend.

Ce fut une lecture imagée, fluide.
On pardonnera les quelques maladresses grâce au message fort et à l'attachement pour Mina, aussi cheloue soit-elle.
____________________
C'était DK, pour vous asservir mouhahahahaha.