Horror Stories

SP - Entropiae

auteur : Driller_killer

publiée le 2021-07-10 08:32:14

LECTURE, CHRONIQUE, SP


ENTROPIAE III
de : Edouard B.W

Genre : horreur / nouvelles / dystopie
Pages : 315
Editions : Humbird & Curlew

Résumé : sans résumé, mais une explication sur le recueil : troisième édition, améliorée, enrichie d'un recueil de nouvelles paru en 2015.
__________________________
Ma note : 16 / 20

Merci à Humbird & Curlew et l'auteur pour leur confiance. Encore navrée pour le retard indépendant de ma volonté.
____________________________

Bon, après le bordel outrancier qu'a causé mon pc, je peux enfin rédiger cette chronique dans la joie et la bonne humeur. Enfin presque parce que ce recueil m'a quand même empêchée de dormir hier soir à cause d'une bête araignée sur le mur...
J'vous explique un peu.

Déjà on va commencer par expliquer que ce recueil est une troisième édition. Pourquoi ? Facile, y a eu deux éditions avant elle. Cette édition là est enrichie, plus de nouvelles, des bonus, du contenu chelou, un bon menu.

On commence le recueil avec la partie "RECUEIL N°1" (punaise, trop fort). Trois nouvelles aussi dérangées les unes que les autres.

Ce que j'ai apprécié dans cette partie, c'est que le début des nouvelles ne laisse pas présager du tout ce qui va se passer ensuite. On a beau faire des suppositions, l'auteur a le chic pour nous la faire à l'envers et nous faire dire "MAIS WHAT DA FUCK ?!"

Sérieux, entre l'histoire d'amour virtuelle 'Vos jambes vous vont si bien) et la momie là, un gros malaise s'installe au fil des pages. Une angoisse vraiment palpable. Même l'histoire du p'tit vieux malmené (La balade du soir) m'a mise mal à l'aise. BRRRR*

Le ton employé pour chacune des histoires est d'une telle simplicité, d'une telle innocence que l'on a du mal à se dire qu'à un moment donné ça va partir en cacahuète, et de quelle façon m'sieurs dames ! BAM* !

Le deuxième recueil m'a moins enchantée, peut-être parce qu'il est beaucoup plus "sérieux" dans la construction du récit, plus argumenté, plus réfléchi aussi. Deux grandes nouvelles, vraiment fournies, intéressantes de prime abord. elles parlent de notre société, d'une certaine façon (la société, son asservissement etc...), de notre capacité à tout foutre en l'air, de notre irrespect de la vie... mais j'sais pas, j'ai pas lu avec la même avidité que le premier. Je salue cependant le travail de l'auteur, les textes sont vraiment riches. Mais moins "prenants"... Je pense que la soustraction de l'effet "innocent" y est pour beaucoup. SNIF*

*j'use et abuse d'onomatopées, parce que la note et la tentative désastreuse pour imiter un bruit m'a fait mourir de rire lors de la lecture. P'tit clin d'œil ;)

Par contre j'ai adoré les toutes petites nouvelles au début, poétiques. Une petite pause apaisante après les trois premières nouvelles qui foutent l'angoisse. Après j'essayais de voir l'effet kiss-cool de ces micronouvelles, mais j'ai pas capté, alors je remercie ma tisane de tulsi de faire si bon effet et de m'endormir. (oui, c'est un placement de produit, et alors, kesketuvafer ?)

La troisième partie elle m'a enchantée ! On revient dans de l'absurde et de l'horreur "pure" et ça mon coco, je dis OUI !

La nouvelle des écorchés m'a pas mal dérangée, mais dans l'bon sens, justement. Surtout la deuxième, celle plus "détaillée". Une drôle de relation entre un père et sa fille, mais vraiment cheloue et vachement finie bordel.
Et la nouvelle sur la lectrice là, a-bu-sée. Vraiment bien foutue ! Je pense la relire d'ailleurs.

Donc voilà, comme d'habitude, s'agissant d'un recueil je ne peux trop en dire, mais je recommande sa lecture aux afficionados du genre.
Une chose indéniable donc : la plume de l'auteur. Riche, travaillée, maîtrisée, et humoristique comme j'aime.

______________________________
GLING GLING ! par ici la monnaie !

Où trouver ce recueil ?

Ici : Entropiae chez Humbird & Curlew

Où trouver l'auteur ?

Ici : Edouard B.W sur Twitter
______________________________
C'était Driller_Killer, pour vous servir.

Death and love.
DK. (des fois c'est Adeline Rogeaux, mais on s'en fout, elle est pas là aujourd'hui.)