Horror Stories

Sa majesté l'Arbre

auteur : Driller_killer

publiée le 2020-12-12 10:23:21

FORET, NUIT, ENFANT


Glacées. Apeurées. Seules.

Les deux petites filles aux nattes blondes couraient. Marchaient. Se reposaient. Cela faisait bien des heures qu’elles sillonnaient entre les arbres et les rochers. Entre la terre et les lacs. Entre les nuages et la pluie. Des heures qu’elles étaient perdues, arrivées là au petit matin, sous la promesse d’une journée paradisiaque avec leurs parents. Un pique-nique, suivi d’une partie de cache-cache qui n’avait que trop duré.

La plus petite, Rebecca, neuf petites années au compteur, geignait. Les larmes baignaient ses joues, coulaient, tombaient sur le sol. La plus grande, Sophia, dix ans, la consolait du mieux qu’elle pouvait. C’est qu’elle aussi avait peur. Elle aussi voulait rentrer. Elle aussi voulait chialer. Mais elle ne pouvait décemment pas se permettre ce laisser-aller salutaire pour les nerfs. Elle devait être forte et protéger sa sœur de la forêt, de la folie.

“Un… Deux… Trois… Quatre…”

Sophia se souvenait, tout en enlaçant sa petite sœur, de la voix de son père. Il comptait. Il comptait et elles, elles couraient. Vite, un arbre. Vite, un rocher. Vite, un buisson touffu. Cachons-nous ! Cachez-vous ! Sophia se souvenait. Une minute. Dix minutes. Le silence. Les rires chuchotés de Rebecca. Elle l’avait suivie. Puis le temps. Le temps qui s’écoulait. Papa qui ne revenait pas. Rebecca se souvenait. Le soleil qui brillait. Le soleil qui se cachait. La pluie qui tombait. Et aucun appel. Pas de père. Pas de mère. Le silence.

Le soir était tombé. La nuit posait son manteau sur la gigantesque forêt. La demeure des monstres et des cauchemars. Les petites filles aux nattes blondes, vêtues d’un gilet de laine, ne bougeaient pas. Frigorifiées. Elles espéraient. Elles criaient. Papa ! Papa ! Maman ! Maman ! Mais… Seuls quelques piaillements, quelques grognements, quelques brises de vent leur répondaient. Plus de papa. Plus de maman. Seules. Glacées. Apeurées.

Seules.

Rebecca avait fini de pleurer. Trop fatiguée. Trop apeurée. Ne voulait pas attirer les monstres. Ne voulait pas attirer qui que ce soit. Sauf papa. Papa qui ne revenait pas. Sophia écoutait, regardait autour d’elles. Les arbres, immenses colosses de bois et feuilles. Immenses colosses de vie et de peur. Leurs branches dansaient, ondulaient. Vivaient. Serrant un peu plus sa sœur contre elle, elle réfléchissait. Il leur fallait retrouver la route. Oui, la route. Et après, des gens les ramèneraient chez elles.

— Allez, viens Rebecca ! s’écria-t-elle en marchant d’un pas assuré, adulte.

Rebecca la suivit. La suivit dans la nuit, dans la forêt, dans son cauchemar. Et les petites filles aux nattes blondes marchaient, marchaient à n’en plus finir. Elles tournaient en rond dans la forêt. Plus de sentier. Plus de repères. Que la noirceur, les arbres, les animaux le froid et la pluie.

— On est déjà passées par là ! commença à geindre Rebecca en montrant l’arbre aux deux troncs.
— Je sais… répondit Sophia en se frottant la tête à deux mains.

L’arbre aux deux troncs. L’arbre sans feuilles. L’arbre qui trônait fièrement dans sa forêt, dans son antre. Le roi, le monstre. Au milieu de ses deux troncs, un trou. Un trou noir, profond. Un trou qui ne demandait qu’à happer les petites filles aux nattes blondes. Rebecca regardait le trou. Regardait sa sœur. Les pleurs et la peur ne tardèrent pas à arriver. L’arbre voulait les manger. Les dévorer. Les faire disparaître de la forêt. Les éliminer de la Terre. Que faisaient-elles là, d’abord, ces petites filles aux nattes blondes ?

Elles repartirent. A droite. L’arbre. A gauche. L’arbre. Devant, derrière… L’arbre. Peu importe quelle direction prenaient-elles, l’arbre était là. Encore, et toujours. Sophia, plus d’assurance. Plus de barrières. Elle s’agenouilla, là, dans la terre mouillée, boueuse, et enfin, elle se laissa aller. Elle pleura, pleura et pleura encore. Rebecca l’enlaça. Et pleura aussi. Les petites filles aux nattes blondes étaient allées au bout. Elles ne pouvaient plus. Plus avancer. Plus rentrer. Plus espérer.

Le trou de l’arbre rougeoya. Vibra. Appela. Les petites filles le regardèrent. Était-ce une promesse de chaleur ? De réconfort ? Peu importait. Elles regardèrent et se regardèrent. Un acquiescement. Un pacte. Oui, allons-y. Le tronc s’ouvrit. Le bois craqua. Les branches dansèrent au-dessus d’elles. Danse de la joie, ou danse funeste, peu importait. C’était fini. La forêt avait gagné.

Les petites filles aux nattes blondes avancèrent vers l’arbre-roi. Elles s’agenouillèrent devant le trou.

Englouties.

Plus de petites filles aux nattes blondes dans la forêt. Plus de pleurs. Plus de peur. Plus de froid. La nuit, le vent et les feuilles. La forêt redevint silencieuse, majestueuse.