Horror Stories

N'ouvre pas les yeux.

auteur : Lydasa

publiée le 2020-12-16 20:30:09

MORT, SéRIE, DéMON, HANTISE, TÉMOIGNAGE


Prologue


Dans la plupart des films d’horreur, l’histoire commence par une famille qui s’installe dans une maison à la devanture douteuse. Ou bien par une malédiction sortie d’un vieux grimoire ou d’un artefact. Mon histoire à moi est bien différente, je n’ai pas déménagé, je n’aime pas faire les brocantes et surtout je ne suis pas du genre à attirer le mauvais œil d’un sorcier. Je suis un mec banal, un étudiant en médecine.

Ma vie était calme, j’étais dans la moyenne de ma classe, je m’en sortais tout à fait bien. Il fallut que tout bascule en quelques jours. Pour certains tout ce qui m’était arrivé avait une explication logique, scientifique. Mais quand on le vit soit même il n’y a aucune logique rationnelle. On se trouve confronté à la peur, à la terreur. Même en étant un médecin j’aurais dû être plus rationnel, j’aurais dû pouvoir expliquer les phénomènes.

Nous possédons tous un instinct de survie, quelque chose de primaire qui nous fait agir avant même que notre cerveau n’ait analysé la situation. Pour mon cas mon instinct de survie prit le dessus plus d’une fois, l’angoisse aussi ainsi que la terreur. J’ai voulu en parler autour de moi et peu de gens me croyaient. J’avais des réponses du genre « c’est ton imagination » ou « va voir un psy ». Même devant un psy il n’y avait aucune réponse qui pouvait expliquer ce que j’avais vécu.

Déménager ne servirait à rien, car même en dormant chez un ami cela recommençait inlassablement. Quelque chose venait me voir le soir, quand je dormais, quelque chose me suivait. Quelque chose me hantait, j’étais totalement impuissant et dans la détresse, j’étais seul face à mes fantômes.

Un jour les gens durent me croire. Ils durent être confrontés au fait que ce qui m’arrivait était finalement autre chose que mon imagination. Que tout ce que je leur disais n’était pas que dans ma tête ! Les personnes à qui j’avais parlé n’avaient pas su m’aider et c’était trop tard.

Mon meilleur ami découvrit, après plusieurs jours de silence de ma part, mon corps chez moi. Dans la salle de bain, lacéré sur tout mon corps par de larges entailles, comme si un animal m’avait déchiqueté. Mon visage était méconnaissable, griffé de toute part. Toute la pièce était recouverte de mon sang, mais il n’y avait aucune trace de celui qui aurait pu me faire ça. Comme si cela m’était arrivé seul, comme si un démon s’en était pris à moi.

J’étais mort d’une façon totalement inexplicable, personne n’avait compris mes appels à l’aide. À présent il était bien trop tard.


Driller_killer
2020-12-16 20:30:47

Ce prologue me parait prometteur !
Très cool !